RECHERCHE  
Portail Brome-Missisquoi.ca  Portail Brome-Missisquoi
Joignez-vous à nous sur Facebook
  Facebook  
Suivez nous sur Twitter  Twitter  
See us on Flickr  Flickr  

 
Pour mon projet de...

 

FORESTERIE    Agrile du frêne

Agrile du frêne

Pour signaler la présence de l'agrile, veuillez communiquer avec votre municipalité.

Identification du frêne

Identifier le frêne

On retrouve plusieurs espèces de frênes dans le Sud du Québec dont le frêne d’Amérique (Fraxinus americana), le frêne noir (Fraxinus nigra) et le frêne rouge (Fraxinus pennsylvanica). Cette dernière espèce très acclimatée à l’environnement urbain a été utilisée abondamment par les villes depuis une vingtaine d’année. Elle a également laissé place à plusieurs variétés qui on le même aspect avec de légères différences morphologique.

Ces trois espèces de frêne ainsi que leurs variétés ont sensiblement les mêmes propriétés et allures générale. On reconnait bien cette espèce à sa feuille composée, la grosseur des rameaux et ses bourgeons opposés. Vous trouverez ici-bas des photographies :

Tronc

Tronc
Tronc
Source : Ville de Montréal

Branches/rameaux

Branches/rameaux
Branches/rameaux
Source : AFSQ

Feuilles/fruit

Feuilles
Feuilles
Fruits  
Source : MRC Vaudreuil Solange

Foliole

Foliole

Fiche d'indentification des signes et symptômes

Impact

Impact urbain

L’agrile du frêne est un insecte arrivé d’Asie où aucun prédateur naturel ne se trouve encore sur le territoire Nord-Américain. Puisque qu’elle cause la mort d’un frêne en peu de temps (3-5 ans), l’impact de cet insecte sera similaire à celui de la maladie Hollandaise de l’orme où la plupart des frênes disparaîtront du paysage municipal à moyen terme. Le problème est que le frêne est utilisé depuis plusieurs années comme arbre urbain car il est très bien acclimaté à ces conditions.

Il est estimé que dans certains quartiers, le frêne représente plus de 50 % des arbres. La rapidité à laquelle l’insecte tue son hôte réduira donc le couvert végétal d’autant en si peu de temps.

L’objectif d’une bonne stratégie d’attaque est donc de réduire le taux de disparition des frênes afin de réussir à les remplacer progressivement et réduire l’impact visuel, social et écologique de ce déclinement.  

Impact forestier

En milieu forestier, le frêne est une essence compagne entouré de plusieurs autres espèces. Il forme rarement des peuplements homogènes. L’attrait pour l’agrile y est donc moindre. De plus, la perte de quelques frênes n’engendre pas de perte complète de couvert si ce n’est qu’une diminution de la densité de la canopée.

Concernant le milieu forestier le mot d’ordre pour le moment est donc de patienter afin de conserver le plus possible les frênes en vie. Cette protection par la masse permettra peut-être un jour de déceler des individus qui seront mieux en mesure de répondre à ce ravageur. Consultez le document suivant pour plus d'information.

Attention dépérissement du frêne

Depuis quelques années les forestiers ont remarqués un dépérissement chez le frêne. Ce dépérissement semble être assez généralisé en Montérégie sans qu’on en connaisse les raisons. Ce dépérissement pourrait laisser croire à certain que les frênes sont tous en train de mourir à cause de l’agrile, mais attention ce n’est peut-être pas le cas! Vérifier la présence d’autres signes et symptômes avant de passer à la conclusion.

Quoi faire pour l’agrile en forêt? Consultez le document suivant pour plus d'information.

Loi et règlement

Résumé de la loi concernant Brome-Missisquoi

L’organisme responsable d’encadrer la dispersion de l’agrile du frêne est l’Agence Canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Il impose des restrictions en interdisant le transport de l’insecte et du matériel contaminé en l’occurrence le frêne hors d’une zone dite règlementée. Cette zone a été agrandie en 2015 pour s’étendre jusqu’à la limite Est du territoire de la MRC.

En l’occurrence il est interdit de déplacer du bois de chauffage (toute essence) hors de la zone en tout temps. Les produits suivants sont également réglementés par la Loi :

  • Frênes entiers ou morceaux de frêne
  • Matériel de pépinière de frêne;
  • Billes ou branches de frêne;
  • Bois d'œuvre de frêne
  • Matériaux d'emballage en bois qui renferment du frêne
  • Bois ou écorce de frêne
  • Copeaux de bois ou d'écorce de frêne

*Il est possible de transporter du matériel suite à l’obtention d’une autorisation à cet effet de la part de l’ACIA. Il est recommandé d’abattre et de transporter du matériel de frêne entre le 15 octobre et le 15 mars afin de ne pas disperser l’insecte dans son stade adulte.

Visiter le site de l'Agence canadienne d'inspection des aliments

Détecter la présence de l’insecte

Description de l’insecte

Cet insecte originaire d’Asie a été identifié au Michigan et en Ontario pour la première fois en 2002 et où il se serait développé une quinzaine d’années avant d’être découvert. Depuis ce temps, l’insecte ne cesse de prendre de l’ampleur. Il s’est ensuite étendu à Montréal en 2011, à Carignan en 2008 à Granby en 2013 et finalement à Bromont en 2015. Il s’agit d’un petit coléoptère vert émeraude qui se nourrit de feuilles de frênes à l’âge adulte et du cambium du frêne à l’état larvaire. Sous ce dernier stade l’insecte se nourrit sous l’écorce bien à l’abri des regards et creuse des galeries en forme de « S » très caractéristiques. C’est la multiplication de ces galeries qui finit par tuer l’arbre.

Propagation

On discerne 2 types de propagation de l’insecte. La première sur des distances relativement courtes se fait par l’insecte adulte lui-même afin de repérer un autre insecte et s’accoupler. Le 2e vecteur est anthropique et consiste au transport de matériel contaminé. Ce vecteur permet à l’agrile de se déplacer sur de grandes distances. Le transport de bois de chauffage est identifié comme étant un des plus grands vecteurs de propagation. La solution : Achetez local et évitez de transporter votre bois en camping!

Description des signes et symptômes

Les arbres atteints par l’insecte peuvent mettre quelques années avant que les signes et symptômes apparaissent. Les premiers signes sont les folioles grugés par l’insecte adulte qui leur donnent une apparence dentée. Par la suite, du dépérissement en cime apparait suivi par une augmentation de gourmands sur le tronc ou plus bas dans les branches charpentières. Le dépérissement se poursuit du haut vers le bas de la cime et l’arbre fini par mourir. Dans les derniers moments on remarque la présence de pics bois sur l’arbre et de trous de sorties en forme de « D » typique de l’insecte. À ce moment, l’arbre est déjà infesté.

Trous de sortie en forme de "D"

Trous de sortie

Gourmands

Gourmands

Fiche d'indentification des signes et symptômes

Signe sur les arbres

Tronc


Source : ACIA


Source : ACIA

Feuille


Source : ACIA


Source : CQEEE

Écorce


Source : http://www.emeraldashborer.info/

 

Apparence de l’insecte à différents stades

Oeuf

Larve

Insecte adulte


Source : CQEEE


Source : Emerald ash borer

 


Source : ACIA

 


Source : ACIA


Source : Ville de Granby

 

Ne pas confondre avec :

Ces autres insectes

Ne pas confondre avec :

Autres insectes...(1)

Autres insectes...(2)

Autres insectes...(3)

Disposer du frêne contaminé

Comment disposer du frêne contaminé…..

Pour le moment, les citoyens sont invités à utiliser les écocentres (d'avril à fin novembre) sur le territoire de la MRC Brome-Missisquoi.

Les citoyens doivent aviser lorsqu’ils apporteront leurs frênes afin d’être en mesure d’identifier les éventuels sites d’éclosion de l’agrile.

Il est recommandé d’abattre et de transporter du matériel de frêne entre le 15 octobre et le 15 mars afin de ne pas disperser l’insecte dans son stade adulte.

FAQ
  1. Que faire avec les débris de bois lorsque j’abats mon frêne?

    Vous devez réduire au maximum les déplacement de matériel contaminé. Vous pouvez brûler sur place (valider cette possibilité auprès de votre municipalité préalablement) les branches ou les déchiqueter. Si ce n’est pas possible, les écocentres prendront ces branches. Veuillez cependant vous assurer de couvrir votre remorque adéquatement afin de réduire la propagation de l’insecte.

    Il est recommandé d’abattre et de transporter du matériel de frêne entre le 15 octobre et le 15 mars afin de ne pas disperser l’insecte dans son stade adulte.

  2. Que faire si je suspecte ou que mon frêne est atteint par l’agrile?

    Parce que Brome-Missisquoi se trouve entièrement dans la zone règlementé, la découverte d’une présence d’agrile n’est plus obligatoire auprès de l’agence Canadienne d’inspection des aliments.

    Il est recommandé d’abattre et de transporter du matériel de frêne entre le 15 octobre et le 15 mars afin de ne pas disperser l’insecte dans son stade adulte.

  3. Quel arbre pourrais-je utiliser en remplacement de mon frêne abattu?

    Consulter la liste d’arbres de remplacement d'Hydro-Québec ou celle de la MRC.


  4. Est-il possible de participer à l’effort municipal?

    Vous pouvez indiquer la présence d’un frêne suspect ou informer que vous avez fait abattre un frêne atteint d’agrile en contactant votre municipalité. Il n’y pas actuellement de suivi systématique auprès des citoyens, mais la transmission de cas d’agrile permet de suivre l’évolution de la progression de l’insecte sur le territoire et éventuellement de prévoir des actions adaptées en fonction des réalités municipales.

  5. Comment s’assurer que l’entrepreneur dispose adéquatement du frêne?

    Un entrepreneur membre de la Société internationale d’arboriculture du Québec (SIAQ) est un gage de professionnalisme. Vous pouvez demander au professionnel consulté comment il disposera des résidus de coupe de vos arbres. Demandez lui comment reconnait-on les signes et symptômes de la présence de l’agrile sur un arbre.

    Il est recommandé d’abattre et de transporter du matériel de frêne entre le 15 octobre et le 15 mars afin de ne pas disperser l’insecte dans son stade adulte.

  6. Dois-je me presser d’abattre tous les frênes de mon boisé avant la venue de l’insecte?

    Non, pour le moment, le mot d’ordre est de surveiller les frênes de votre boisés s’ils sont atteint ou non par l’insecte. Advenant qu’ils soient atteint, les propriétés du bois demeurent bonnes quelques années suivant l’infestation, ce qui vous laisse suffisamment de temps pour réagir. Consultez ce document pour plus d'information.

  7. Si je suis citoyen de la MRC, puis-je apporter mes débris de bois de frêne à un écocentre (d'avril à fin novembre)?

    Oui, il est interdit de transporter du matériel hors de la zone règlementée, mais Brome-Missisquoi est entièrement dans cette zone. Des mesures appropriées devraient être prises afin de ne pas disperser l’insecte lors du transport de vos branches (couvrir votre remorques d’une toile ou déchiqueter vos branches préalablement avant de les transporter).

    Il est recommandé d’abattre et de transporter du matériel de frêne entre le 15 octobre et le 15 mars afin de ne pas disperser l’insecte dans son stade adulte.

  8. Est-ce que je peux traiter mon frêne contre l’agrile?

    Seul des traitements préventifs sont disponibles pour éviter que les frênes ne meurent des suites de l’agrile. Les chances de survie lors du traitement d’un arbres atteint par l’insecte diminue drastiquement et ce dès les premiers symptômes. Différents produits existent pour traiter les frênes, mais seuls les produits suivants sont homologués par Santé Canada. D’autres approches biologiques entre autres sont en développement par ressources naturelles Canada.



 

À signaler