RECHERCHE  
Portail Brome-Missisquoi.ca  Portail Brome-Missisquoi
Joignez-vous à nous sur Facebook
  Facebook  
Suivez nous sur Twitter  Twitter  
Voyez nous sur Flickr  Flickr  
PARTAGER  Partager 
 
Pour mon projet de...

 

MATIÈRES RÉSIDUELLES    Matières organiques

Retour à l'accueil des matières organiques <<<

Pourquoi les bacs bruns ?

Diminution des gaz à effet de serre, réduction des déchets, espace de plus en plus restreint dans notre site d’enfouissement, les bonnes raisons pour effectuer le tournant « brun » sont multiples.

En plus, ce n’est vraiment pas compliqué!

 

Enjeux environnementaux

Selon RECYC-QUÉBEC, plus de la moitié de notre bac de poubelle actuel est constituée de matières organiques (restes de table, gazon, etc.) soit 151 kg par personne par année en 2010. Au-delà de constituer une ressource inestimable pour la production de compost et l’enrichissement de nos sols, ces matières sont également la cause de problèmes particulièrement importants dans les sites d’enfouissement. Lorsque les matières organiques sont enfouies, le processus de décomposition s’effectue en l’absence d’oxygène. Il en résulte des émissions importantes de gaz à effet de serre et autres composés nocifs pour l’environnement et la santé. Selon le MDDELCC, la contribution des ordures au bilan québécois d’émissions de gaz à effet de serre était de l’ordre de 5 % en 2011… majoritairement causée par les matières organiques enfouies.

Politique gouvernementale

La Politique québécoise de gestion des matières résiduelles prescrit des objectifs à atteindre en lien avec les matières résiduelles pour les municipalités.  Elle préconise la valorisation de 100 % des matières organiques d’ici 2020. Il sera donc bientôt impossible d’enfouir ces matières, sous peine de pénalités pour les municipalités. Cet objectif, contenu dans le plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) de la MRC Brome-Missisquoi, se traduira par la collecte du bac brun dans toutes ses municipalités, et ce, dès septembre 2018.

Pas des déchets, de l'or brun pour le jardinier!

Nos restes de table et résidus de jardin, tout comme nos feuilles mortes, branches et gazon coupé, sont, trop souvent, perçus comme des déchets. Hors, en plus de causer de graves problèmes environnementaux dans les sites d’enfouissement, ces «déchets» constituent en vérité de luxueuses ressources pour nos plates-bandes et jardins potagers! «Or brun» du jardinier, le compost issu de la décomposition des matières organiques est source de nutriments pour les cultures, en plus de contribuer à la rétention d’eau, à la réduction de l’érosion et à la biodiversité des sols. Au regard des problématiques environnementales actuelles et de la constante dégradation et perte des terres arables, la véritable question est: qu’attendons-nous pour cesser le gaspillage de cette ressource?

Pourquoi des bacs bruns si je fais déjà du compostage domestique?

Il faut voir le bac brun comme un complément au compostage domestique. L’expérience démontre que cette pratique ne permet pas de rejoindre l’ensemble des citoyens, ni de valoriser la totalité des matières organiques produites par un ménage. Ainsi, il n'est pas possible mettre les viandes, poissons, produits gras et sucrés, papiers et cartons souillés d’aliments, ni les mauvaises herbes en graines dans un composteur domestique. Pour un ménage effectuant du compostage domestique, la pratique prouve que de 1,5 à 2,5 kg de matières iront tout de même chaque semaine dans le bac brun… soit 100 kg par année! Pour seulement une dizaine de résidences, on atteint une tonne de matière détournée du site d’enfouissement et revalorisée par année! Sans compter que l'hiver, le bac brun sera plus facilement accessible que le composteur au fond du terrain. La collecte porte à porte par le biais du bac brun demeure, à ce jour, la seule option permettant la valorisation de toutes les matières organiques.

Que fera-t-on avec les matières collectées?

Les matières collectées seront transportées à la plate-forme de compostage de la Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de Brome-Missisquoi (RIGMRBM) située à Cowansville. Les matières issues du bac brun y seront mélangées avec des résidus de bois et autres résidus verts, puis empilées, à l’extérieur, en andains. Ces andains seront retournés fréquemment, ce qui accélèrera le processus de décomposition et leur permettra d’atteindre une température suffisamment élevée pour détruire graines de mauvaises herbes et pathogènes. Le compost mature sera ensuite tamisé.